• You are here:

Atelier sur les paléo-tsunamis organisé à Banda Aceh, en Indonésie

Dans le cadre du projet « Évaluation et sensibilisation aux risques de tsunamis dans la région du Makran » financé par le fonds-en-dépôt multidonateurs de la CESAP, un atelier de dix jours s’est tenu à Banda Aceh, en Indonésie, du 10 au 20 juillet 2010. 

paleodiggersDix scientifiques venus du Pakistan et cinq d’Indonésie se sont joints à cinq spécialistes internationaux de la recherche sur les paléo-tsunamis en vue d’acquérir de l’expérience dans l’appréciation des risques liés aux tsunamis et une meilleure sensibilisation à ces risques. Le groupe a été accueilli par le Centre de recherche pour la mitigation des effets des catastrophes provoquées par des tsunamis, à l’université Syiah Kuala de Banda Aceh.

Le groupe a visité plusieurs lieux importants de la ville de Banda Aceh, notamment le musée des tsunamis, ainsi que plusieurs sites des zones côtières où l’on peut encore voir des traces sédimentologiques du tsunami de 2004. Le groupe s’est initié à la recherche sur les paléo-tsunamis par la pratique, en creusant de nombreuses tranchées et en prélevant des échantillons sur les sites concernés. Ses membres ont également eu des entretiens avec des témoins oculaires du raz-de-marée de 2004 dans la démarche de comprendre les conséquences sociologiques d’un événement de cette nature.

Projet visant à renforcer les capacités haïtiennes d'alerte rapide et de préparation aux tsunamis financé par ECHO


sophaitiv1_1Un nouvel accord, d’un montant de 500 000 euros, a été signé entre le Service d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) et l’UNESCO afin de renforcer les capacités d’alerte rapide aux tsunamis dans la région des Caraïbes. Le projet « Renforcement des capacités haïtiennes d'alerte rapide et de préparation aux tsunamis », d’une durée de 15 mois, assurera la continuité avec les efforts actuellement déployés par le Gouvernement haïtien et la COI de l’UNESCO à la suite du séisme du 12 janvier 2010.

Ce projet a pour objectif de continuer à renforcer, au niveau institutionnel, la prise de conscience et la connaissance des risques de tsunami, ainsi que les capacités de réaction face à ces derniers. En outre, ce nouveau financement permettra de lancer des initiatives de préparation aux tsunamis au niveau communautaire, notamment par des campagnes de sensibilisation du public.

Lire la suite...

Huitième session du GIC/IOTWS, tenue à Melbourne (Australie) du 3 au 6 mai 2011

melbourne-group-photoLa 8e session du Groupe intergouvernemental de coordination du Système d’alerte aux tsunamis et de mitigation dans l’océan Indien (ICG/IOTWS VIII) s’est tenue au Bureau de météorologie à Melbourne (Australie) du 3 au 6 mai 2011, sous la présidence de M. Jan Sopaheluwakan. Y ont participé 59 délégués et observateurs de 12 États membres de la région de l’océan Indien, 3 États observateurs, 9 organismes des Nations Unies, ainsi que des ONG et d’autres organisations. Le GIC a fait le point des progrès accomplis par l’IOTWS depuis la précédente session, examiné les rapports et recommandations de son Groupe directeur, de ses groupes de travail et de ses équipes spéciales, et décidé des mesures à mettre en œuvre au cours de la prochaine période intersessions.

Évaluation des capacités nationales des pays membres de la SOPAC: systèmes d’alerte aux tsunamis et de mitigation

fiji tsunami wshopLe projet intitulé The National Capacity Assessment of SOPAC Member Countries: Tsunami Warning and Mitigation Systems (Évaluation des capacités nationales des pays membres de la SOPAC : systèmes d’alerte aux tsunamis et de mitigation) a été mené en collaboration avec les pays membres de la SOPAC en vue d’évaluer leur capacité à recevoir et communiquer les alertes aux tsunamis et à y réagir efficacement. Le Bureau australien de météorologie en a dirigé la mise en œuvre, en partenariat avec la SOPAC et d’autres acteurs australiens et internationaux majeurs de la gestion des risques de tsunamis et de catastrophes. Le projet était financé par l’AusAID.

Quatorze pays membres de la SOPAC y ont participé : Îles Cook, États fédérés de Micronésie, Fidji, Kiribati, Îles Marshall, Nauru, Nioué, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Samoa, Îles Salomon, Tonga, Tuvalu et Vanuatu.

Lire la suite...

Le Groupe intergouvernemental de coordination du Système d’alerte aux tsunamis et autres risques côtiers dans la mer des Caraïbes et les régions adjacentes a tenu sa sixième session (GIC/CARIBE-EWS-VI) du 26 au 29 avril 2011 à Saint-Domingue (République d

Ont assisté à GIC/CARIBE-EWS-VI (26-29 avril 2011) 18 pays de la région des
icgvi
Caraïbes, avec 70 participants, et 3 organisations (PNUD, CDEMA et OMM), représentées par des observateurs. Principales questions examinées à la session : création, à Porto Rico, d’un centre d’alerte aux tsunamis dans les Caraïbes (CTWC) et, à la Barbade, d’un centre d'information sur les tsunamis dans les Caraïbes (CTIC), et enseignements tirés de l’exercice d’alerte aux tsunamis CARIBE WAVE 11 et de son compte rendu.

Le Groupe a mis en exergue le large éventail des participants à l’exercice CARIBE WAVE 11 : outre 35 pays et territoires, 28 organismes privés locaux, qui ont soumis des comptes rendus, 188 établissements scolaires et 130 entités privées (hôtels, exploitants de ports, médias). Dans l’ensemble, les participants ont tous exprimé leur satisfaction, la plupart des objectifs de l’exercice ayant été atteints. L’exercice a été utile car il a permis de déterminer les lacunes du système. Le GIC a décidé de procéder à un nouvel exercice en mars.

S’agissant du CTWC, les États-Unis ont rappelé que l’on avait adopté une démarche graduelle. Le GIC a noté les progrès réalisés par les États-Unis dans ce processus de création par étapes et décidé d’accepter la proposition de la République bolivarienne du Venezuela et le Nicaragua d’élaborer le mandat d’un centre de secours qui sera créé tandis que l’exécution des plans établis par les États-Unis avançait.

Un voyage sur le terrain a conduit les participants à Matancita, village détruit par le tsunami de 1946 qui met en œuvre, au niveau de la population, des plans de réponse aux tsunamis. Les délégués ont pu interroger les survivants du tsunami et échangé des vues avec eux.

Le GIC a noté les progrès réalisés quant à l’initiative de l’UNESCO relative à l’état de préparation d’Haïti aux risques côtiers. Il a décidé de tenir en mars 2012 sa septième session, que Curaçao a généreusement offert d’accueillir. Trinité-et-Tobago a offert d’accueillir la huitième session en 2013.

Trois jours après le séisme du 11 mars 2011 au large de la côte Pacifique du Tohoku au Japon

Trois jours après le séisme dévastateur de magnitude 8,9 au large de la côte Pacifique du Tohoku, le monde entier a découvert le terrible spectacle de mort et de destruction laissé par le tsunami, qui nous rappelle la force meurtrière de l’océan. Nous avons tous été bouleversés par ces images largement diffusées. La COI adresse ses condoléances au peuple japonais et s’engage à poursuivre ses efforts pour coordonner la mise en œuvre des systèmes d’alerte aux tsunamis et leur amélioration dans le monde entier.traveltimes_japan

L'épicentre du tremblement de terre qui a frappé le 11 mars à 546 Z était situé à environ 130 km à l'est de la côte de la préfecture de Miyagi. L'Office météorologique japonais (JMA) a estimé la magnitude du séisme à 9,0, le 4e de cette ampleur depuis 1900. Des centaines de répliques ont suivi la principale secousse, beaucoup d’entre elles dépassant la magnitude 6.

La première vague du tsunami a atteint la côte la plus proche de l'épicentre environ 15 minutes après le séisme, d'autres vagues, d'une hauteur de 10 mètres et plus par endroits, se sont succédé pendant plusieurs heures. Des communautés entières ont été emportées et de nombreuses infrastructures détruites.

Le tsunami s'est propagé vers l'est dans l'océan Pacifique et les premiers bulletins régionaux sur le tsunami ont été diffusés par le Centre consultatif sur les tsunamis dans le Pacifique Nord-Ouest (NWPTAC) dirigé par le JMA et par le Centre d'alerte aux tsunamis dans le Pacifique (PTWC) à 0555Z. Les bouées DART (Système d'évaluation et d'enregistrement des tsunamis en mer profonde) proches du Japon se sont déclenchées et une vague de 1,08 m a été enregistrée à la bouée DART21418 à 0619Z, confirmant l'existence d'un tsunami de grande ampleur et sa propagation vers l'Est.

Les cartes diffusées par le Centre d'alerte aux tsunamis de la côte Ouest et de l'Alaska (WCATWC) sur la vitesse de propagation du tsunami et sa puissance donnent une première estimation du temps mis par le tsunami pour traverser l'océan et de la direction de l'énergie de l’onde.

Lire la suite...

Hosted by:
UNESCO/IOC Project Office for IODE Oostende, Belgium
© 2014 IOC/UNESCO
1 rue Miollis, 75732 Paris Cedex 15, France | Tel: +33 1 45 68 39 84 | Fax: +33 1 45 68 58 12